Bière & Low Tech - On a besoin de votre avis!

Bonjour à tou.te.s,

Je reviens vers vous concernant mon projet entrepreneurial (projet présenté plus en détails dans le post du 7/05/2020).
Nous lançons, avec deux compères, un projet de brasserie dans le Morbihan. L’objectif principal : la production de bière de qualité et bas carbone.
Nous souhaitons, à travers le brassage promouvoir des démarches de résilience, telles que le zéro déchet, la low tech, la mise en avant des produits et acteurs du territoire et du terroir. Tout ça, par le biais de partenariats avec des acteurs locaux (entreprises, associations) et la sensibilisation du public que nous accueillerons au sein de la brasserie.
Dans cette optique, nous allons bientôt rentrer en phase de R&D concernant l’intégration de la Low Tech au sein du procédé de brassage.
Nous avons déjà pas mal préparé le sujet, mais souhaiterions bénéficier de « l’avis du public » pour être sur de ne laisser aucun angle mort. Deux interrogations :
_ « Brasserie et Low tech », ça vous évoque quoi en terme de fonctionnement, valeurs, … ?
_ Quelles low techs verriez-vous dans une brasserie (pour le fonctionnement de la brasserie d’une part et le volet accueil du public et sensibilisation d’autre part) ?

N.B. :
_ « Deux questions sur un seul post ?! Mais il est fou ! »
–> Vous pouvez poster une réponse par question, ce sera plus facile pour rebondir sur ce que vous proposez.
_"'Peux pas répondre, j’y connais rien au brassage."
–> Héhé, bien essayé, voici un lien vers un synoptique décrivant rapidement les étapes principales du brassage : https://www.ouroboros.beer/media/image/ea/d9/24d79f28787b94da9d998a8c13c7.jpeg (©Ouroboros)

Merci d’avance pour vos retours !

2 J'aime

Bonjour Thibaud !
Je ne m’y connais pas bien en brassage, mais voilà ce que ton post m’évoque.

Déjà, j’ai l’impression qu’une brasserie low tech c’est plus une démarche globale que des machines physiques à présenter au public (mais la démarche peut très bien être rendue visible auprès du public !).

Dans l’idée, je verrais donc des méthodes qui limitent :

  1. la réfrigération (ça demande d’adapter les méthodes et de limiter la production de bière à une certaine période de l’année, si j’ai bien compris)
  2. les km parcourus : depuis les fournisseurs (orge, houblons, …) ou les transformateurs (malterie), vers les clients (ça peut vite compter en litres de pétrole par litre de bière transporté).

À ça, on peut ajouter les enjeux de semences (passer par un semencier n’est pas très low tech, go semences paysannes cc Graine de Noé et Triticum notamment), de consigne des contenants, de valorisation de la drêche, d’entretien de votre propre levure…

Voilà, j’espère que je réponds à ta question :upside_down_face:

Bonjour Thibaud,

Bien que noviste en brasserie je vais essayer de répondre :

  1. Pour moi comme dis Mewen, une brasserie low-tech, c’est une brasserie qui prend la démarche low-tech dans son ensemble et pas juste des machines.
    De la semence jusqu’au consommateur.
    Dans l’ensemble c’est une démarche de sobriété, durabilité, simplicité des solutions.

  2. Les low-tech que je vois bien par exemple :

Voila, en espérant avoir répondu.
Au plaisir de boire une bière low-tech bretonne.

@Mewen @vincent, Merci beaucoup pour vos retours.

C’est très pertinent. Pour vous répondre rapidement :
_ Consigne (bouteilles & fûts) : c’est prévu
_ Gestion thermique et de l’eau : également. Chauffage au bois (chutes de scieries et artisans du bois) et récupération optimale de la chaleur et de l’eau consommée.
_ Concassage : moulin à vent ce sera compliqué, on verra ce que l’on pourra faire. On partira peut plus sur un cyclogrinder avec relais sur le réseau électrique
_ Transport : vente limitée au département du Morbihan. Alimentation à vélo, voilier ou, si nécessaire camionnette mutualisé
_ Réfrigération. Essai d’utilisation d’un maximum d’eau à disposition (rivière, source, dans la limite d’un impact de rejet d’eau tiède dans le milieu) pour le refroidissement. Nous souhaitons pouvoir brasser toute l’année. Nous aurons donc quand même besoin d’un groupe froid …

Tous les éléments de la brasserie seront utilisés dans une démarche la plus cohérente avec la low tech. Pour ce qui est des matières premières, ce ne sera malheureusement pas le cas au départ, car nous aurons bien assez de choses à gérer au niveau de la brasserie sans gérer, en plus de ça, la production de houblon, de malt et de levure. Nous avons par contre rencontré les producteurs pour nous assurer de la qualité de leurs produits et de leurs conditions de fonctionnement. Ce sont des artisans locaux qui travaillent avec des outils de plus faible taille que les industriels, soucieux de leur impact sur l’environnement mais qui ne travaillent pas en Low Tech.

Vos remarques m’ont donné du grain à moudre (au clyclogrinder !). Merci beaucoup.
Si vous avez des échos d’expériences en cours touchant de près ou de loin au sujets évoqués, n’hésitez pas à me les communiquer.

Très bonne journée !

Dans la foulée de nos échanges, je me permet de vous transmettre le lien vers une étude que nous menons en ce moment sur les habitudes de consommation de bière des Morbihannais et, plus largement, des Français : https://forms.gle/yaDJ72HTaknYk2Jb9
Merci de prendre un peu de temps pour y répondre, voire pour le diffuser dans vos réseaux.
Très bonne journée !

2 J'aime

Bonjour,
C’est un beau projet ! Les micro-brasseries, ça marche fort en ce moment :slight_smile: et y intégrer la low-tech c’est vraiment bien pensé.
Pour moi un brasserie low-tech c’est remettre l’homme (sa force et sa réflexion/réalisation) au cœur du processus de production :). La bière existait bien avant les machines grâce à un savoir-faire ! Dans votre cas vous gardez le savoir-faire tout en vous appuyant seulement quelques machines facilitant votre démarche.

Pour l’eau chaude : vive le soleil :wink:

Pour les étiquettes vous avez pensé à quelque chose ? seulement en noir & blanc ? Graver sur la bouteille?

Et pour vos déchets ? Des biscuits apéro à la brache de bière ?

J’ai répondu à votre questionnaire sur les habitudes de conso !
Bonne continuation

Bonjour Clémence,

merci beaucoup pour cette réponse et pour votre participation au questionnaire.
Pour l’eau chaude, je pense utiliser des panneaux thermiques DIY, mais cela ne conviendra à l’ensemble des besoins. Nous aurons une chaudière avec utilisation de chutes de bois pour réaliser l’ébullition de la mixture.
Pour les étiquettes c’est en réflexion. Nous allons tester plusieurs options :
_ Etiquettes plastifiées à décoller des anciennes bouteilles et recoller sur de nouvelles
_ Etiquettes collier, plastifiées ou non, à déposer sur le col de la bouteille
_ Etiquettes papier simples, collées sur les bouteilles avec du lait
Graver sur la bouteille ne fonctionnerait pas avec la dynamique de consigne que nous souhaitons mettre en place avec les brasseries locales :wink:
Pour les déchets :
_ Levures : réutilisées un maximum de fois pour de nouveaux brassins puis pour faire du pain
_ Drêches : pain, biscuits apéro, cookies, substrat pour champignons, …
_ Restes de levures et houblons : compostage à défaut d’une meilleure idée
_ Sacs de malt : upcycling en sacs pour transporter des bouteilles.

Bonne journée !

1 J'aime