La perte de sens

Hello à tous,

Je ne suis pas certaine que cette discussion soit pertinente ici mais je vais quand même vous faire un petit partage de mon sentiment général (en utilisant mes compétences RH et coach en burn out).

J’ai lu toutes ou presque toutes les présentations et je suis bluffée par tant de connaissances, d’envies, de profiles haut de gamme que l’on peut rencontrer ici! Franchement vous pouvez être fier de vous! Je serai votre mère que je « cranerai » grave auprès de mes copines :wink:

Je crois que l’on peut aussi dire que je suis un peu « jalouse » de votre jeunesse et de votre intelligence mentales et manuelle… vous avez tout pour vous!
Les entreprises/recruteurs s’arrachent des profils comme les vôtres et croisent les doigts pour que vous ne quittiez jamais la structure.
Mais vos profils (et je fais une généralité je sais!) d’un œil de DRH sont complexes a gérer car il faut constamment nourrir vos esprits assoiffés par de nouveaux projets, de nouvelles idées et il faut aussi pouvoir manager un esprit vif…. ce n’est pas simple et certains managers ne savent clairement pas faire!

Souvent quand les entreprises n’y arrivent pas… l’ennui s’installe et la perte de sens prend souvent le dessus car l’esprit n’est plus assez nourrit. En terme RH technique on appelle cela le Brown out… en gros c’est la perte de sens… qui souvent poussé à son extrême pousse vers le Burn out.

Alors il n’y a pas de recette magique pour retrouver du sens, mais il y a surtout une belle introspection a faire. Comprendre ce qui est important pour vous, ce que vous êtes prêt a sacrifier (ou pas) et parfois simplement (et souvent dans vos profils - je généralise encore aie!) le fait de rester dans sa zone de confort produit la perte de sens. Une sorte de belle prison dorée… pour un esprit qui a passée 25 ans a apprendre et a pousser ses limites.

C’est a prendre très au sérieux car votre carrière et votre vie d’adulte ont commencé. Il s’agit d’épanouissement sur une vie… et comme on doit prendre soin de son corps, on doit prendre soin de son esprit. Votre corps et votre esprit sont votre maison pour 100 ans… il faut s’en occuper comme on s’occupe d’une fleur fragile.

Alors pour revenir à la recette magique, je dirai que c’est rarement seul que l’on trouve des réponses: notre entourage, nos managers, nos collègues, notre famille ou un coach bienveillant (hein Maxence! :wink: ) sont des options pour nous faire réfléchir et avancer… les réponses sont souvent en nous… (merde pour le cliché) et il faut ensuite l’alignement des planètes de la vie…

La question est simple (et si complexe): qu’est ce que je veux faire de ma vie? mais elle renvoit a « qui suis je? » et en découle « qu’est ce qui me rend heureux? » ou « quelle sera ma pierre a l’édifice? » et cela se complique encore quand on veut faire les choses autrement que ce que le système a mis en place.

Alors il faut parfois commencer par l’inverse… qu’est ce qui ne me rend pas heureux? pourquoi je n’y trouve pas de sens? y a t il une adaptation possible de mon travail? qu’est ce que je ne veux plus faire ou vivre??? la liste est parfois plus simple dans ce sens là. On défini les zones « négatives » pour trouver la zone positive… on peut ensuite affiner dans cette zone…

Vous êtes le moteur de cette recherche de sens… vous et personne d’autre… il faut donc faire des propositions de projet a votre hiérarchie, il faut en parler… l’entreprise ne pourra pas vous aider a trouver du sens dans votre travail si vous gardez cela pour vous… Pour elle tout va bien… donc rien ne changera si vous ne poussez pas le changement. Ou alors il faut partir à la recherche de nouveaux horizons plus épanouissants qui cochent les cases de ce que l’on a défini…

Mais bon un boulot c’est comme une copine… on prend la personne avec ses défauts et ses qualités en sachant que les défauts sont « vivables »… aucun job n’est parfait… il faut se faire à l’idée.

Enfin je terminerai en vous disant que la recherche de sens dure tout la vie… alors armez vous de patience… vous vous poserez ses mêmes questions à 25/45/55 ans et après… et les réponses seront peut être diamétralement opposées selon votre situation de vie du moment…

Mais surtout, ne vous endormez pas… #vousetessupers

8 J'aimes

Des mots très réconfortants et qui donnent du courage!! Merci beaucoup pour ça. J’espère qu’on trouvera tous le sens qu’on cherche, peu importe de quelle manière, pour enfin libérer toute cette énergie qui sommeille en nous à force de jobs à la con et de journées qui se ressemblent.

L’apprentissage a ça de bon, même avant d’être diplômé, je m’ennuyais déjà au travail, et j’ai pu définir tout de suite ce qui n’était pas fait pour moi. Je trouve que c’est plutôt symptomatique dans notre génération. Si un travail ne correspond pas à nos valeurs, il faut qu’il soit hyper stimulant ou que l’ambiance soit exceptionnelle pour qu’on ne s’ennuie pas mais l’illusion ne dure pas, en général.

Le Brown Out c’est pas marrant, en plus la plupart des gens ne le comprennent pas et vous prendront pour un feignant ou un incapable. Vaut mieux bien s’entourer et en parler avec des personnes qui peuvent nous accompagner. Je l’ai vécu en CDD avec une date de fin du calvaire et j’étais soutenu par mon école donc il y avait beaucoup d’espoir et ça m’a permis de tenir, je n’imagine même pas comment doit vivre ça quelqu’un en CDI qui a un prêt à payer.

Si il y a des gens qui sont actuellement dans cette situation, n’hésitez pas à m’envoyer un message si vous avez besoin d’en parler.

Comme je disais à des étudiants de 1e année à la fac de Toulouse lors d’un témoignage de mon parcours d’entrepreneur : « je vous souhaite d’avoir une (ou plusieurs) crise(s) de sens pendant vos études. »

Merci @Jeronime_de_Galard pour ce message sur la perte de sens. Il résonne pas mal avec une « crise » que je traverse en ce moment. Et j’ai besoin de lire ce genre de message pour me remotiver ! D’ailleurs… il faut que je ferme cet onglet pour me remettre à bosser ! :wink:

2 J'aimes

Super post, merci @Jeronime_de_Galard :pray:
(Et merci pour la dédicace, ça me touche !)

Au début, on trouve que c’est une période creuse au boulot, puis qu’on s’ennuie, on rêve d’autres choses. On fait le bilan de ses acquis et de ses possibilités. Mais si on ne prend plus de plaisir, je dirais même on ne s’amuse plus alors Go out.
Moi qui est travaillé dans une grande entreprise, je peux dire aussi, après avoir côtoyé de près les directions, que c’est ubu roi. Ne pensez pas que les personnes au pouvoir sont plus sages ou intelligentes. Ils sont surtout plus imbus et/ou avides et donc ils tentent tout et dans tout les sens du vent du jour. On pensait avoir une boussole, c’est girouette. Cherchez vous même votre Nord car nul autre que vous le trouvera à votre place. Les hivers et les tempêtes n’y changeront rien. Bon parfois la pente est raide.

1 J'aime