Camille Justeau, Ingénieure docteure et depuis peu entrepreneure Low-Tech en devenir!

Bonjour, Bonjour!
Je m’appelle Camille, J’ai 27 ans je suis sortie de CPE Lyon et Centrale Lyon en 2016 avec un une formation d’ingénieure en chimie et nanotechnologies.
Depuis 1 mois maintenant j’ai aussi un doctorat en nanotechnologies et microélectronique (oui jusque là ça s’annonce mal pour ce forum :wink: ), et en c’est ces 3 années de doctorat que j’ai eu un gros déclic (avec l’aide de mon copain, très sensibles aux problématiques environnementales depuis des années).

Au cours de mon doctorat il n’y avait pas grand chose qui faisait sens finalement, ça a été un peu la désillusion tant par la mentalité des chercheurs qui m’entouraient que par le fait qu’à aucun moment je n’avais l’impression dquelque chose qui aille dans le bon sens pour la société. Du coup j’ai fait un gros travail sur moi-même en parallèle pour vraiment comprendre qu’est-ce qui ferait sens dans mon futur travail et j’en suis arrivée au mot low-tech.

Pour moi les low-tech aujourd’hui c’est le point de rencontre de ma formation d’ingénieure, de mon intérêt pour les technologies et des sciences quelles qu’elles soient, de ma conscience écologique maintenant plus lourde et de ma volonté d’impact positif sur le monde qui m’entoure. Du coup depuis maintenant 1an et demi je réfléchis à me lancer dans ce domaine! Jusqu’à présent, mon travail avec le LTLab de Concarneau et mes deux associés a abouti en février 2020 à la création d’une association/communauté low-tech à Tours pour essayer de rassembler les acteurs de la région!
Et maintenant que mon doctorat est achevé je me lance dans l’entrepreneuriat low-tech en travaillant à la création d’une structure qui accompagne les entreprises à l’insertion de la pensée low-tech dans leur structure.

C’est flippant de se lancer là dedans car je n’ai pas d’expertise mais c’est le moment car je pense qu’il faut suivre une voie qui fait moralement sens aujourd’hui et oser les alternatives et les actions à impact positif! =)

4 J'aime

Wow c’est courageux de passer d’un doctorat dans les nanotechnologies à la low-tech! Bravo pour ton engagement, peut être qu’un jour à force les entreprises et laboratoires n’auront plus d’ingénieurs ou de scientifiques pour développer leurs technologies aliénantes et destructives? :thinking: Qui sait. Je crois déjà que Monsanto a du mal à recruter à cause de son image d’entreprise démoniaque ahah.
En espérant avoir des nouvelles de ton projet d’entrepreneuriat :slight_smile:

Merci pour ton message Raphaël! Oui j’ai essayé à l’échelle de mon doctorat d’apporter quelques éléments qui se voulaient plus « résilients » (économie de métaux précieux, remplacement de matériaux…) mais ça restait trop limité et peu impactant donc ma réflexion a fait du chemin :wink:

Les avancées purement scientifiques dans les high-techs continuent de me fasciner en tant que scientifique mais ça ne peut pas être la suite de mon métier si ce n’est pas a minima résilient ou conscient de l’impact sur le monde. Et disons que mon coeur de métier reste l’ingénierie donc je dois pouvoir réussir à m’adapter à cette nouvelle thématique! :muscle:

Le progrès fascinera toujours l’être humain je pense, reste à définir le progrès qu’on souhaite :slight_smile: . Comme le dit si bien Idriss Aberkane, la nature est High Tech en soit, les processus biologiques sont impressionnants de complexité et de précision, tout en ne créant pas de déchets!!
Aujourd’hui les grandes entreprises et l’armée ont des équipes d’écrivains de science-fiction pour anticiper les avenirs possibles et s’y préparer. Le problème c’est que ce sont des anticipations toujours militaro-industrielles, et l’histoire a montré que la science-fiction est souvent auto-réalisatrice car beaucoup de scientifique s’en sont inspiré (chars d’assaut, téléphone portable, interface iphone, occulus rift…), tout ça vient d’un article dans le dernier Socialter sur les imaginaires qui m’a fait beaucoup réfléchir. Il faut de plus en plus de gens comme nous pour réinventer le progrés et son imaginaire collectif!!

1 J'aime

Merci pour ta presentation Camille !

Tu peux nous en dit plus sur ton accompagnement de structure Low tech ?
(Je suis un peu la dedans aussi :wink: )

1 J'aime

Salut Maxence,

L’idée de mon projet c’est de cerner différents types de problématiques que peuvent rencontrer les entreprises pour y répondre au mieux avec une démarche axée sur les valeurs Low-Techs.

Je suis sur les même problématiques que @Mewen. On se pose sur un double objectif qui est de sensibiliser les entreprises aux valeurs et à la démarche LT mais aussi d’accompagner celles qui ont sont déjà bien conscientes des enjeux environnementaux et qui souhaiteraient aller plus loin dans la démarche LT.

Pour l’instant je suis encore au démarrage de mon projet :wink:. Je me questionne beaucoup sur la forme qu’il devra prendre pour être impactant sur l’écosystème et la région dans lesquels j’évolue :nerd_face:

2 J'aime

Salut Camille,

Un petit message pour partager que ton parcours me rappelle ce que je voulais poursuivre aussi, initialement ! Au lycée j’avais fait un TPE sur les nanotech, à l’époque je pensais que cela faisait partie des innovations qui allaient nous aider à faire la transition écologique… j’étais rentré à l’INSA en post-bac et prévoyais de faire la spécialité nanotech à Rennes, mais finalement durant la prépa intégrée j’ai choisi la filière énergétique, et petit à petit j’ai dérivé vers les low-tech…
Les nanotech sont vraiment l’archétype des solutions qui paraissent miraculeuses, et cachent les pires risques sanitaires, environnementaux et de technologies anti-démocratiques, c’est donc chouette que tu le connaisses, tu pourras certainement te retrouver à alimenter les débats sur les choix pour nos sociétés =)

Intéressant ton projet de sensibilisation / accompagnement, peut-être pourrais-tu commencer par te donner une période d’expérimentation dans le milieu low-tech avant de monter ta boîte, pour renforcer tes convictions et connaissances par une large expérience pratique ? Je pense par exemple au Mobilab Songo dont je suivais le parcours des pratiques LT à travers la France, peut-être pourrais-tu te donner ce temps pour toi ? Peut-être l’as-tu déjà fait… =) Bonne continuation !

1 J'aime

Hello Guiom,

Merci pour ton message =)
Effectivement tu as surement bifurqué dans ton projet au bon moment :wink: tant mieux !
Les nanotech n’ont pas vocation à être « mauvaises » mais aujourd’hui c’est illusoire en effet de vouloir les développer pour répondre aux enjeux environnementaux que tu as mentionné.

Tu as tout a fait raison, il était important d’expérimenter et de mieux connaître les LT avant de réellement me lancer. J’ai eu l’occasion de démarrer cela en parallèle de ma thèse (que je voulais tout de même achever par principe d’engagement !) petit à petit. Maintenant je continue cette expérimentation et prise de conscience en parallèle de préciser mon projet plus officiellement. =)
Bonne continuation à toi aussi =)

Bonjour Camille,
Comme l’a dit Raphaël, bravo pour ton virage pro qui n’a pas dû être facile. Une belle remise en question :slight_smile:
Dis moi, quel est ton assoc/communauté sur Tours?
J’y suis originaire, je connais encore un peu de monde là bas que ça pourrait intéresser. Et je devrais peut-être y retourner prochainement.

Et comme tu dis, entrepreneuriat c’est flippant, parce que l’on est livré à soit-même. Mais je ne crois pas qu’il existe de formation sur le sujet des low techs. Tu es donc à même d’apporter des réponses autant qu’un autre si ce n’est plus, car tu as déjà démontré ta capacité à poser les bonnes problématiques :wink: Qu’importe le travail, le bon sens est toujours la plus pertinente des compétences.

1 J'aime

Salut William,

L’association sur Tours s’appelle Low-Tech Touraine (www.facebook.com/Lowtech.Touraine), on sera ravis si tu passes nous dire bonjour ! On attend avec impatience le déconfinement pour relancer des ateliers :wink:

A bientôt !